Corinne Mencé-Caster, présidente de l'université des Antilles-Guyane. © Martinique 1ère
Bonjour à tous,
À une semaine du second tour des élections présidentielles, je ne peux m’empêcher de me dire qu’un vent de folie souffle sur un grand nombre d’entre nous.
Qu’il y ait ou non à choisir entre la peste et le choléra, comme beaucoup se plaisent à le répéter, peut-on raisonnablement mettre sur le même plan, le côté « Petit marquis délicat » de Macron avec l’idéologie haineuse, xénophobe et de total repli sur soi de Marine Le Pen qui n’en est pas moins « Marquise » que lui ?
Ceux qui, pour justifier le vote FN, car c’est bien ce dont il s’agit, évoquent l’ignominie de la finance, des grands patrons, doivent comprendre une fois pour toutes, que Marine Le Pen est née avec une cuiller en argent dans la bouche, peut-être encore plus que Macron !
Elle n’a jamais connu ni le chômage, ni les fins de mois difficiles, ni les loyers impayés, ni les échéances de prêts qui sont rejetées ! Elle parle de ce qu’elle ne connaît pas ! Elle adopte un discours populiste qui plaît à Monsieur Tout-le-Monde car elle a besoin d’un électorat qui cherche un bouc-émissaire. Dans l’Histoire, ça été le Noir, le Juif. Aujourd’hui c’est l’Arabe ; demain ce sera le Chinois et qui sais-je encore ?
Mais elle est de ce monde de la finance, des châteaux, des voyages en jet privé…Elle n’en connaît pas d’autres.Elle a toujours vécu dans ce monde du haut. Comment imaginer qu’elle pense vraiment changer quoi que ce soit ? Attaquer ses propres privilèges ?
D’aucuns vous disent qu’en votant Macron, vous votez pour la finance et pour ceux que vous et moi, ne croiserons jamais dans la rue ni à la terrasse d’un café quelconque !
Mais ils oublient de vous dire qu’en votant Marine Le Pen, vous votez en plus pour la haine, le rejet de l’Autre, la peur de la Diversité, du frémissement infini du monde !
Comment des peuples qui ont connu l’esclavage, la colonisation, le mépris de tous les peuples de la terre, peuvent-ils, ne serait-ce qu’une fraction de seconde, se laisser séduire par ce qui les a, eux-mêmes, maintenus dans les fers ? Ce peuple noir qu’on ne croyait pas humain…
Comment des peuples qui célèbrent Césaire, Glissant, qui ont pleuré il n’y a pas longtemps la mort de Jean Bernabé qui fustigeait toutes les formes d’identités, et ce faisant, l’identitarisme, pourraient se laisser séduire par des discours aussi destructeurs pour les mises en relations des peuples, des cultures et des langues ?
Comment croire que la réponse aux attentats, passe par un degré de plus dans la détestation, la méfiance de tous, même des innocents ? Car quand on parle de l’immigré, on parle bien de tous les immigrés, n’est-ce pas ? Quand on parle des musulmans, on parle bien de tous les musulmans, n’est-ce pas ? On fait des amalgames, on crée des bourreaux partout et on oublie que le sang est sur toutes les mains, sur toutes les mains, même sur les nôtres, et surtout sur les nôtres, quand nous nous taisons.
Alors certes je dis NON à l’exploitation de l’Homme par l’Homme, je dis NON aux dividendes astronomiques des actionnaires, mais je DIS MILLE FOIS NON à Marine LE PEN, au DÉSASTRE qu’elle provoquera sur toutes ces femmes et ces hommes qui se trouveront emportés dans un tourbillon de haine et de mépris parce qu’ils sont agités du souffle du Divers, de la beauté énigmatique de toutes les cultures de la terre, de cette différence qui nous rend si ressemblants, parce que, tout visage humain reste un visage humain, voire une empreinte de Dieu.
Réveillez-vous ! Réveillons-nous !
Les murs et les frontières n’ont jamais grandi l’humanité !
Ne basculons pas dans ce monde où le visage de l’Autre porterait les stigmates de nos violences, de nos échecs, de nos peurs et de notre refus de partager.
Nous avons trop souffert pour prétendre imposer à quiconque pareille souffrance, pareille haine, pareil mépris !

 

Texte de Corinne Mencé-Caster publié sur sa page facebook  – Dimanche 1er mai 2017 |